Une version pdf de ces 3 articles

MUSIQUE ET MOUVEMENT (1)

Depuis quelques années, on remarque dans nos classes un intérêt pour la réalisation de mouvements. Voilà pourquoi j’aimerais, bien modestement, apporter ma contribution à ce nouvel élan à travers quelques textes que je souhaite d’intérêt réflexif et pédagogique.

Le mouvement fait partie de la vie

La vie humaine est faite de mouvement(s). On se lève, on s’assoit, on mime, on tend les bras, on cligne de l’oeil, on marche, on court, on monte, on descend...

Dans un contexte spécifiquement musical, j’ai l’occasion d’observer, dans mon propre cadre familial, les réactions de mon petit garçon par rapport à diverses musiques qu’il écoute. Que ce soit sur une chanson de Céline Dion, sur un concerto de Mozart ou sur un air de Verdi, tout son être entre en mouvement. Son corps se balance, ses mains se joignent, ses pieds frappent le sol, son visage se détend. Il invite aussi ses parents à entreprendre une ronde avec lui.

Générés par la musique, ces « stimuli », produits par des sons (parfois aussi par des bruits), provoquent une modification fondamentale du comportement. Le mouvement est par conséquent un mode d’expression naturel dès la plus tendre enfance.

Le mouvement, comme moyen d’expression spontané

Sur notre planète, beaucoup de populations maintiennent cette expression tout au long de la vie des gens, avec des rythmes, des gestes ou des mimes. Le mouvement accompagne les rites de la naissance à la fin de vie.

Mais, malheureusement, notre civilisation occidentale a considérablement réduit l’importance du mouvement en musique. Il a été passablement codifié, entraînant ainsi un danger d’automatisation, voire de robotisation. La musique s’écoute plus qu’elle ne se vit. J’en veux pour preuve, particulièrement, les clips vidéo ou les comédies musicales actuelles. C’est parfait, presque trop parfait, dirais-je. Loin de moi l’idée de dénigrer ces formes d’expression. Mais elles servent dangereusement de modèles absolus à nos élèves et occultent ainsi parfois leur spontanéité ou leur envie de créer et d’inventer.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille proposer de la musique à nos élèves et les laisser toujours se mouvoir dans la plus grande anarchie. Il existe toujours la possibilité de donner un cadre pas trop restrictif aux activités à réaliser (espace, temps...) leur permettant d’ôter leurs inhibitions (timidité, manque d’assurance), de prendre conscience de leur rythmes vitaux et de les extérioriser de manière créatrice sans pour autant tomber dans un dirigisme qui risquerait de devenir caricatural.

Mon prochain article emmènera le lecteur à la découverte des nombreuses possibilités offertes aux enseignants pour faire découvrir à leurs élèves des danses et des mouvements divers.

B. Oberholzer

Sources : séries d’articles de Fred Gerber, traduits par Yves Jeannotat, parus dans le mensuel MACOLIN, édité par l’Ecole Fédérale de sport.

 

MUSIQUE ET MOUVEMENT (2)

Les propos ci-dessous se veulent simplement des pistes de réflexions qui pourraient aider l’enseignant à trouver une démarche personnelle pour entrer dans le monde ô combien bienfaisant du mouvement.

Se mouvoir sans musique ?

Bien que le mouvement soit intimement lié au rythme et à la musique, la voix du maître est l’instrument le plus avantageux et le plus nuancé pour permettre à l’élève d’entrer dans sa propre dynamique corporelle. Même dans le cadre restreint de la classe, on peut imaginer beaucoup de figures susceptibles de détendre l’élève ou, au contraire, de le stimuler. Je peux citer, par exemple, en utilisant des tempi et des nuances variés :

- l’inspiration et l’expiration,

- les mouvements de la tête, des doigts et du corps,

- des frappés corporels variés seul ou avec un camarade,

- des mouvements d’un bras, des deux bras,

- des mouvements comme des marionnettes.

Ces exercices, qui peuvent aussi se réaliser avec des instruments de musique simples, ont aussi l’avantage de préparer les élèves à l’interprétation d’un chant ou, justement, à l’écoute de la musique destinée à être mise en mouvement.

Mouvement et créativité

Faut-il, pour permettre aux élèves d’inventer des mouvements, passer nécessairement par l’apprentissage de pas de base et la réalisation de quelques danses ?

Tout dépend, en fait, de leur âge et, par conséquent, de leurs pré-requis. Il semble pourtant nécessaire de réaliser quelques jeux, comme le propose Jos Wuytack1

La vertu de la statue:

- faire une statue expressive avec tout le corps,

- bouger librement dans l’espace à disposition quand on entend des bruitages (voix ou instrument) et s’immobiliser pendant les silences.

Aimer à marcher:

-à grands pas, à petits pas, sur la pointe des pieds, en boitant, en étant très raide, en étant comme une marionnette, accroupi, de manière militaire, de manière délicate etc...

Rajouter, petit à petit, des mouvements des bras, des frappés divers.

Pas de base2

Quand les élèves ont pris conscience du plaisir que l’on éprouve en se mouvant en liberté mais, néanmoins dans un certain cadre, on peut, sur une musique bien définie (par exemple une chanson), leur proposer une imprégnation du tempo, puis de différents rythmes (frappés, claves...).

Dès que possible, la classe sera mise en situation pour effectuer des pas correspondant aux rythmes appris, en y rajoutant

- des figures de déplacement diverses (avancer, reculer, aller en oblique, sur deux pas, sur

quatre pas...)

- des formations diverses (cercle, carré...).

J’ai remarqué, dans le cadre de mon enseignement, que les élèves (d’un cycle d’orientation) non seulement parvenaient (dans leur grande majorité) à réaliser des rythmes corrects mais proposaient également des nouveaux pas et de nouvelles figures. On demeure ainsi dans une démarche de création.

B. Oberholzer

1 Jos Wuytack, Musicopédagogie, Musique et Culture, Strasbourg, plusieurs recueils en consultation auprès de l’animation musicale.

2 Chanson et mouvement, Animation musicale, HEP, Simplon 13, 1860 Saint-Maurice

 

MUSIQUE ET MOUVEMENT (3)

Le besoin de se mouvoir, de bouger, de s’exprimer au son d’une musique, ou de réagir à un signal acoustique est un fait de toutes les époques de l’humanité et de toutes les cultures. La danse (comme la chant d’ensemble d’ailleurs) a le grand mérite d’aider la classe à vivre des moments communs sans le souci de la performance. Et pour le maître, quelle joie de n’être qu’un partenaire parmi les autres !

Quelques objectifs individuels spécifiques

La danse permet d’acquérir :

- une bonne perception des composantes du message musical (mélodie, rythme, tempo...),

- une bonne coordination des différents pas,

- une bonne mémorisation de la succession des différentes figures,

- une amélioration de la relation avec les autres danseurs.

Les danses traditionnelles

Elles sont porteuses de messages et symbolisent une identité culturelle. Elles expriment toutes sortes de traditions dansées à travers des pas, des chorégraphies et des costumes. Les élèves peuvent ainsi acquérir des gestes appropriés et s’imprégner de la vitalité de certaines danses, de leur élégance. Il peuvent aussi, dans notre société multiculturelle, permettent un regard nouveau sur les réalités culturelles de camarades de classe venant d’horizons divers.

Les chansons en mouvement

Elles peuvent être tirées du répertoire traditionnel ou moderne. Dans le premier cas, elles peuvent s’identifier aux danses traditionnelles. Dans le second cas, elles pourraient favoriser la créativité par la recherche d’une mise en mouvement de chansons de variété, du rap ou de chansons en langue anglaise très prisées des élèves. On donnerait ainsi une « justification » à l’écoute des « tubes ». .

Une expérience personnelle

Lors de chaque leçon d’éducation musicale que j’ai le plaisir de donner dans mon cycle d’orientation, je consacre quelques minutes au mouvement. Cela m’est possible parce que je dispose d’une grande salle de musique. Les élèves dansent sur de la musique populaire ou sur des airs qui leur sont plus familiers. Ainsi, chacun est impliqué dans une démarche musicale indépendamment de ses facultés pour le chant ou pour sa capacité à découvrir des oeuvres musicales ou des instruments de musique.

Documents à disposition auprès de l’animation musicale

  1. Chanson et mouvement (partitions + cassette), ORPD, Gravelone 5, 1950 Sion

  2. Jeux & activités avec les sons « Musigag’s, (partitions + CD) Editions Les Francas

  3. Jeux dansés & rythmes du folklore (première série), partitions + CD , Editions Les Francas

  4. Jeux dansés & rythmes du folklore (deuxième série), document + CD, Editions Les Francas

  5. Chanson et mouvement (cassette vidéo), ORDP, Gravelone 5, 1950 Sion

  6. Allons z’enfants, chantons, dansons (théorie, partitions, cassette), Association valaisanne des chefs de choeur.

  7. Musicopédagogie 1 à 5, Jos Wuytack, Musique et Culture, Strasbourg

  8. Musik auf des Oberstufe (Partituren + Kassetten), Verlag Schweizer Singbuch auf des Oberstufe,

  9. Canto, Tänze, Partituren + CD

Un grand spécialiste du mouvement

Notre collègue Jean-Maurice Delasoie a suivi une formation adéquate. Je le remercie pour toute l’action entreprise auprès des enseignantes et des enseignants.

B. Oberholzer

ial">La vertu de la statue:

- faire une statue expressive avec tout le corps,

- bouger librement dans l’espace à disposition quand on entend des bruitages (voix ou instrument) et s’immobiliser pendant les silences.

Aimer à marcher:

-à grands pas, à petits pas, sur la pointe des pieds, en boitant, en étant très raide, en étant comme une marionnette, accroupi, de manière militaire, de manière délicate etc...

Rajouter, petit à petit, des mouvements des bras, des frappés divers.

Pas de base2

Quand les élèves ont pris conscience du plaisir que l’on éprouve en se mouvant en liberté mais, néanmoins dans un certain cadre, on peut, sur une musique bien définie (par exemple une chanson), leur proposer une imprégnation du tempo, puis de différents rythmes (frappés, claves...).

Dès que possible, la classe sera mise en situation pour effectuer des pas correspondant aux rythmes appris, en y rajoutant

- des figures de déplacement diverses (avancer, reculer, aller en oblique, sur deux pas, sur

quatre pas...)

- des formations diverses (cercle, carré...).

J’ai remarqué, dans le cadre de mon enseignement, que les élèves (d’un cycle d’orientation) non seulement parvenaient (dans leur grande majorité) à réaliser des rythmes corrects mais proposaient également des nouveaux pas et de nouvelles figures. On demeure ainsi dans une démarche de création.

B. Oberholzer

1 Jos Wuytack, Musicopédagogie, Musique et Culture, Strasbourg, plusieurs recueils en consultation auprès de l’animation musicale.

2 Chanson et mouvement, Animation musicale, HEP, Simplon 13, 1860 Saint-Maurice

 

MUSIQUE ET MOUVEMENT (3)

Le besoin de se mouvoir, de bouger, de s’exprimer au son d’une musique, ou de réagir à un signal acoustique est un fait de toutes les époques de l’humanité et de toutes les cultures. La danse (comme la chant d’ensemble d’ailleurs) a le grand mérite d’aider la classe à vivre des moments communs sans le souci de la performance. Et pour le maître, quelle joie de n’être qu’un partenaire parmi les autres !

Quelques objectifs individuels spécifiques

La danse permet d’acquérir :

- une bonne perception des composantes du message musical (mélodie, rythme, tempo...),

- une bonne coordination des différents pas,

- une bonne mémorisation de la succession des différentes figures,

- une amélioration de la relation avec les autres danseurs.

Les danses traditionnelles

Elles sont porteuses de messages et symbolisent une identité culturelle. Elles expriment toutes sortes de traditions dansées à travers des pas, des chorégraphies et des costumes. Les élèves peuvent ainsi acquérir des gestes appropriés et s’imprégner de la vitalité de certaines danses, de leur élégance. Il peuvent aussi, dans notre société multiculturelle, permettent un regard nouveau sur les réalités culturelles de camarades de classe venant d’horizons divers.

Les chansons en mouvement

Elles peuvent être tirées du répertoire traditionnel ou moderne. Dans le premier cas, elles peuvent s’identifier aux danses traditionnelles. Dans le second cas, elles pourraient favoriser la créativité par la recherche d’une mise en mouvement de chansons de variété, du rap ou de chansons en langue anglaise très prisées des élèves. On donnerait ainsi une « justification » à l’écoute des « tubes ». .

Une expérience personnelle

Lors de chaque leçon d’éducation musicale que j’ai le plaisir de donner dans mon cycle d’orientation, je consacre quelques minutes au mouvement. Cela m’est possible parce que je dispose d’une grande salle de musique. Les élèves dansent sur de la musique populaire ou sur des airs qui leur sont plus familiers. Ainsi, chacun est impliqué dans une démarche musicale indépendamment de ses facultés pour le chant ou pour sa capacité à découvrir des oeuvres musicales ou des instruments de musique.

Documents à disposition auprès de l’animation musicale

  1. Chanson et mouvement (partitions + cassette), ORPD, Gravelone 5, 1950 Sion

  2. Jeux & activités avec les sons « Musigag’s, (partitions + CD) Editions Les Francas

  3. Jeux dansés & rythmes du folklore (première série), partitions + CD , Editions Les Francas

  4. Jeux dansés & rythmes du folklore (deuxième série), document + CD, Editions Les Francas

  5. Chanson et mouvement (cassette vidéo), ORDP, Gravelone 5, 1950 Sion

  6. Allons z’enfants, chantons, dansons (théorie, partitions, cassette), Association valaisanne des chefs de choeur.

  7. Musicopédagogie 1 à 5, Jos Wuytack, Musique et Culture, Strasbourg

  8. Musik auf des Oberstufe (Partituren + Kassetten), Verlag Schweizer Singbuch auf des Oberstufe,

  9. Canto, Tänze, Partituren + CD

Un grand spécialiste du mouvement

Notre collègue Jean-Maurice Delasoie a suivi une formation adéquate. Je le remercie pour toute l’action entreprise auprès des enseignantes et des enseignants.

B. Oberholzer